lundi 15 septembre 2008

Allez danse, Fred Astaire, oui danse!

Un week-end chorégraphique (entre autres choses) sous l'oeil précis et la voix douce de Gudrun Skamletz... Le cocktail et sa "sambalalala", la boîte de nuit et son Hung up galvanisant. Travail assidu ponctué d'éclats de rire, de protestations : Est-ce que les Gene Kelly de devant pourraient penser aux Cyd Charisse qui sont derrière ? merci ! de chuchotements : elle a dit quoi après gauche gauche gauche step croisé stop ? ou encore : Mais si c'est facile regarde ah tiens non c'est pas ça - et puis couronnant le tout la sensation d'être les rois du monde quand arrive l'exaltant : I can't keep on waiting for you... Bravo, c'est dans la boîte (ou presque). Ah bon il faut chanter en même temps ? On pourra pas passer la bande, comme Chantal Goya? Eh non, c'est pour cela qu'il y a aussi des mu-si-ca-les...

5 commentaires:

Gudrun a dit…

Ce que j’ai cru découvrir le dimanche précédent s’est confirmé: certain(e)s interprètes de LALALA cachent bien fantaisie et habilité dansante sous leurs airs concentrés et soucieux de „peux-tu me montrer le pas encore une fois?“ (d’autres les cachent moins). Des visages, des regards me disant „j’ai du mal“ sont trahis par des corps qui n’ont pas tant de mal que ça finalement !
Observant de la salle le groupe dansant sur scène, j’ai ressenti l’élan et l’implication d’une quarantaine de personnes se jeter à corps perdu dans le plus-ou-moins inconnu (pour devenir effectivement de nombreux Donald O’Connor et Ginger Rogers). Quand une personne – à sa manière – essaie de fondre les nouveautés „imposées“ avec les repères de son propre mouvement, c’est à priori un processus individuel. Mais la multiplication de ce processus dans la foule sur scène m’a donné la sensation d’être à proximité d’une sorte de chaudron du mouvement collectif qui mijote sur le feu vif et crépitant de la Chanson. Impressionnant !
PS : Benjamin, les prochains temps je travaillerai fort pour avoir aussi l’oeil doux et la voix précise !

Benjamin Lazar a dit…

Chère Gudrun, les deux adjectifs sont déjà tout à fait échangeables! Merci de ton merveilleux commentaire et à demain!

Morgan a dit…

(merci de ne pas trop parler du "gauche gauche gauche", ce n'est pas encore déposé, et il y a pas mal d'espions sur le web...)

geoffroy jourdain a dit…

Well I hear the music,
close my eyes,
feel the rhythm
Wrap around,
take a hold of my heart

ouane tou sri
What a feeling !
- I am music now, bein's believin'
- I am rhythm now.

Pictures
come
alive,
you can dance
right
through
your life

Pictures come alive when I call
call,
call,
call,
call :
what a feeling

Bein's believin' bein's believin'
Take your passion,
make it happen make it happen
What a feeling what a feeling...

Irkam a dit…

Do the D.A.N.C.E,
1, 2, 3, 4 Fight!
Stick to the B.E.A.T,
Get ready to ignite

You were such a P.Y.T (pretty young thing)
Catching all the lights
Just easy as A.B.C
That's how you make it right!

Under the spotlight,
Neither black nor white,
It does not matter,
Do the dance,
Do the dance!

As strong as you might,
Working day and night,
Whatever happens,
Do the dance,
Do the dance!

Merci Gudrun.